Exilés à bon port

Depuis 2011, une communauté tibétaine grandit sous les yeux des habitants de Conflans-Sainte-Honorine. Le bateau-chapelle « Je Sers », la dernière paroisse fluviale de France, amarrée quai de la République, accueille depuis quelques années une communauté toute aussi démunie que les mariniers qu’elle recevait il fut un temps pour un moment de prière ou une soupe bien chaude. Située entre les départements des Yvelines et du Val-d’Oise, au confluent de l’Oise et de la Seine, cette commune est devenue depuis sept ans le point d’amarrage d’exilés tibétains. Cependant, face à l’afflux grandissant des arrivées, les places sur le bateau-chapelle et les péniches attenantes se font de plus en plus rares. A tel point que les nouveaux arrivants doivent opter pour la tente. De l’autre côté de la rive, à Achères, un campement s’étend peu à peu au pied d’une déchetterie.

 

previous arrow
next arrow
Le "Je Sers" est l'une des dernières paroisses fluviales de France. Depuis sept ans, elle est devenue le point de chute de Tibétains fuyant leur pays. Conflans - septembre 2018. © Axelle Bichon
ArrowArrow
Slider

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “Exilés à bon port”